www.lesnouvelles.dk  décembre 2008
 

Rencontre avec  ….

  Cécile BLACK au  Franske Bogcafé

 par Françoise BRUSTIS et Marie-Claire DEJEAN-PANNIER

Les livres ont leur propre vie. Si, comme nous, vous n’envisagez pas de déménager à l’étranger sans emporter toute votre bibliothèque, alors vous le savez. Il y a quatre ans, lorsque la librairie française présente à Copenhague était sur le point de fermer, les livres se sont débrouillés pour trouver une solution. Comment ? Peu importe. Mais ils ont réussi un coup de maître, quand un jeune Danois souffla à son épouse l’idée de se lancer dans cette activité. Cécile BLACK n’a pas hésité longtemps. Le résultat c’est un endroit chaleureux où le sourire de la libraire se mêle à l’odeur du café, et où les livres sont rois.
Cécile connaît bien la littérature. Elle partage ses coups de cœur, fait venir Yasmina KHADRA (1) ou Valentine GOBY (2), porte ses cartons de bouquins, les range, les met en valeur, les vend, mais surtout, les lit. Rentrez chez elle avec une envie de roman français et vous en ressortirez avec une chronique de la vie danoise au XIXe siècle (3) ou l’histoire de Sorense, médecin personnel du roi (4). Parce qu’au Franske BogCafé les livres sont un lien entre le Danemark et la France et que l’on y trouve autant la littérature française que des traductions de romans scandinaves. Lecteurs francophones et francophiles se rencontrent autour d’un expresso, ou pendant les soirées à thème. Tous apprécient la possibilité d’ échanger avec les auteurs, invités en étroite collaboration avec l’Institut  Français.

Quand on interroge Cécile BLACK sur son parcours, elle raconte volontiers être tombée amoureuse de son danois de mari en France et être venue s’installer avec lui au Danemark. Elle a rapidement appris le danois et a eu droit à tous les petits boulots des nouveaux arrivants… de femme de ménage à vendeuse de sushi. Elle passe un an au Parlement européen avant de revenir définitivement au Danemark. Elle est décidée à ouvrir sa boutique, mêlant deux choses auxquelles elle tient : un bon livre et un bon café. L’idée était là, le concept est né. Cécile présente un projet à la fondation Hachette - Jean-Luc LAGARDERE, gagne le prix pour les libraires et le soutien du Centre national du livre.

Aujourd’hui, le Franske BogCafé réunit autour de leur amour de la lecture une équipe de cinq personnes, Français et Danois. C’est aussi une affaire de famille dans laquelle Cécile et Casper s’investissent à 100% et ou même leur petite Chili teste en avant première les livres cartonnés pour les très jeunes lecteurs. La petite entreprise continue son développement avec la création du Club Bogcaféens venner qui regroupe 250 membres.

« L’ expatriation est une opportunité mais aussi un déracinement, une expérience forte et parfois déstabilisante », nous dit Cécile. Son conseil à tous les nouveaux arrivants : « apprenez très vite le danois si vous voulez découvrir le Danemark en profondeur ». Une recommandation avisée de la part de quelqu’un qui fréquente les mots d’assez près pour avoir des informations de première main.

(1) Les hirondelles de Kaboul,; L’attentat; les sirènes de Bagdad   (2) L’ échappée 
(3) La méchanceté de la vie, Gustav WIED    (4) Le médecin personnel du roi, Per Olov ENQUIST

Den Franske Bogcafé
Fiolstræde 16, st
1171 København K

www.denfranskebogcafe.dk

Le 11 mai 2012, la communauté francophone du Danemark apprenait la disparition de Cécile.