Rencontre avec .......               Xavier LANDES

 

Égalité et multiculturalisme. Voilà un sujet plutôt populaire en France depuis quelques temps et les débats sur la question y font recette. C’est un sujet que Xavier Landes connait bien, il est chercheur enseignant au Centre d’études sur l’égalité et le multiculturalisme de l’Université de Copenhague (CESEM).

Avant d’aller plus loin, et pour vous rassurer, notez que nous éviterons soigneusement d’ouvrir le débat dans ces colonnes !

 

Curieux comme à notre habitude, nous nous demandions pourquoi un philosophe, alors que bien établi au Canada et diplômé de ses meilleures Universités, décide un jour de transporter ses pénates au Danemark plutôt que de rejoindre son pays.

 

Il n’a certes pas le profil type du Français casanier comme on les décrit souvent. Arrivé au Danemark il y a un an maintenant, la route qu’il a empruntée pour y arriver n’a pas été vraiment directe, c’est le moins qu’on puisse dire.

Quittant tout jeune la région parisienne pour une courte période en Avignon, c’est à Marseille qu’il passera la majeure partie de son adolescence. Baccalauréat en poche, et après des études en sciences économiques à l’Université d’Aix-Marseille II, c’est Sciences Po Toulouse et l’Université de Paris IV-Sorbonne qu’il choisira pour poursuivre des études en sciences politiques puis en philosophie.

Les accords inter-Universités aidant, il se retrouvera quelques années plus tard à Montréal pour préparer un doctorat en philosophie politique (voir note de bas de page) au Centre de Recherche en Éthique de l’Université de Montréal (CRÉUM) tout en travaillant et menant divers projets en Lettonie (recherches, organisation de conférences avec le Centre Culturel Français de Riga et le Ministère Canadien des Affaires Étrangères) au Centre des Droits de l’Homme de Riga, un pays avec lequel il restera en contact en y publiant nombre d’articles

(pour exemple voir Ksavjē Lands: Neither Multiculturalism, nor Nationalism

De retour au Canada, il s’installe cette fois-ci à Toronto en tant que chercheur (financé par le Conseil de la Recherche en Sciences Humaines du Canada) en philosophie économique au Centre for Ethics de l’Université de Toronto. C’est d’ailleurs là qu’on lui vantera les mérites du Centre d’études sur l’égalité et le multiculturalisme de l’Université de Copenhague. En 2009, il rejoindra alors ce Centre pour y enseigner et travailler sur son projet de recherche (voir le site du CESEM). Depuis, il a obtenu un post-doctorat de deux années du Conseil Danois pour la Recherche Indépendante pour un projet portant sur l’assurance publique.

     

Université Montréal

Centre culturel français Riga

Toronto

Kastrup airport

Installé depuis un an maintenant à Copenhague, il vous dira combien il apprécie la vie ici, surtout après avoir vécu à Toronto, une agglomération comportant plus d’habitants que tout le Danemark ! Le rythme de vie à Copenhague, c’est presque comme à Toulouse, vous dira-t-il ! Beaucoup moins de stress, une population très ouverte et accueillante (contrairement à ce qu’il avait entendu dire par certains), une population qui apprécie et essaye toujours de faciliter vos tentatives d’ ‘intégration’.
Une population enfin où la notion d’égalitarisme n’est pas un discours théorique mais une réalité (La loi de Jante* vous connaissez ?).

Pour Xavier, l’isolement des expatriés entre eux n’est pas une bonne chose. Faites comme lui, jouez au football dans un club d’entreprise. Cela ne vous empêche d’ailleurs pas d’aller soutenir le Football Club Gaulois* ou encore de rejoindre les Francophones de Copenhague (MeetUp*) dont il est l’un des organisateurs. C’est gratuit et c’est plein de gens sympathiques, de toutes nationalités, et puis, comme il nous a dit, c’est aussi une bonne occasion de faire une petite pause lorsqu’on a enseigné et travaillé toute la journée en anglais !

Alors souhaitons lui bon séjour dans le pays où les gens sont les plus heureux du monde !
 

Yves Mongelard


Note: Document "Libéralisme, républicanisme et minorités" doc pdf - 1,63 Mb - 370 pages (1ère page blanche)

retour texte p