Rencontre avec ...... Emmanuelle ASSENZA

juin 2009

 

 

Ecole franco-danoise

Vous avez de jeunes enfants et vous habitez sur Copenhague?

Alors vous connaissez peut-être déjà Emmanuelle Assenza. Si ce n’est pas le cas, alors prenez vos enfants par la main et allez découvrir l’une des ‘journées’ qu'elle organise avec son association. Les enfants aimeront sûrement.

Lorsque nous avons rencontré Emmanuelle nous avons voulu connaître le chemin qui l’a conduite jusqu’à Copenhague. Une histoire qui remonte à quelques années, en Charente-Maritime où elle rencontre Nicolas, un jeune franco-danois dont la famille avait l’habitude de venir en France pour les vacances, dans une maison voisine. C’est en France aussi que naitra leur premier enfant, évènement qui comme souvent pour les couples binationaux pose la question de la résidence définitive. Ils décideront de s'installer au Danemark où ils arriveront en 2004.

Assez vite il leur faudra alors résoudre le problème de l’emploi. Emmanuelle la juriste expatriée et Nicolas, mathématicien de son état et étudiant à la fameuse Université de Lund en Suède, eurent alors l'idée de créer leur propre société, une solution où chacun pourrait faire valoir des compétences complémentaires. Aussitôt dit, aussitôt fait. La procédure très simple en vigueur au Danemark aidant, naissait en 2005 Ange Optimization, société de conseil en optimisation des coûts, une société qui comprend aujourd’hui une quinzaine de personnes !

Tout cela semble bien facile n’est-ce pas ? Mais si vous questionnez Emmanuelle sur les conditions de son intégration au Danemark elle vous avouera que la tâche n’est pas toujours facile. Si vous êtes vous-même expatrié vous devez connaître le stress des premières années: apprendre une nouvelle langue, découvrir une nouvelle culture, buter sur un tas de petits problèmes de la vie de tous les jours, et cela tout en commençant une nouvelle vie professionnelle. 

Alors concilier toutes ces contraintes avec sa vie familiale n’est pas facile. Emmanuelle vous dira toutefois que le mode de vie au Danemark facilite beaucoup les choses. Le système danois lui a notamment permis de donner naissance à son deuxième enfant à la maison et, grâce à la durée favorable du congé maternité, elle a pu pratiquer un allaitement longue durée, des conditions dont elle n’aurait peut-être pas pu bénéficier en France.

 

L'éducation des enfants,  voilà encore une autre question que doivent régler les familles biculturelles. École française ou école danoise ? Quelle langue parler à la maison ? Quelle culture ? Doivent-ils ‘oublier’ celle de l’un des parents ou bien faut-il en cultiver l’héritage ? 

Pour Emmanuelle la réponse à cette dernière question est claire et nette. Pour elle la biculturalité est richesse, elle permet aux jeunes enfants d'accepter les différences, de comprendre et accepter de nouveaux concepts et des traditions différentes, de reconnaitre instinctivement que chaque culture a ses particularités et ses modes de pensée qui lui sont propres.

Forte de ces convictions, la voila donc qui se lance en 2008 dans la préparation d’un programme d’activités pour les enfants. Un vrai succès qui a amené d’autres familles à les rejoindre et qui a finalement abouti en 2009 à la création de ' l‘association des familles francophones’. Une aventure passionnante certes mais aussi une charge assez lourde. Tous ceux qui animent une association en savent quelque chose ! Alors comment fait-elle pour trouver le temps de faire autant, voila une question que nous aurions dû lui poser !

 

Association des Familles Francophones

 

 

L'association s'adresse entre autres aux familles biculturelles qui désirent transmettre à leurs enfants cet atout qu'est la biculturalité. Le travail au sein de l'association est aujourd'hui bénévole, par désir de simplicité au niveau de l'administration, pour minimiser les coûts, mais surtout pour encourager la participation active de tous les parents. Elle organise des ‘journées’ avec des activités basées sur une composante physique et sportive, mais aussi des jeux, du chant, et des activités manuelles.

Le comité organisateur (ouvert à tous les parents qui le souhaitent) s'efforce avant chaque journée de mettre en place une palette d'activités ciblées par rapport aux groupes d'âges représentés, cela tout en assurant une importante interaction entre grands et petits: les petits s'inspirent et profitent de l'exemple des grands, et en retour les grands acquièrent des facultés de communication et de gestion du groupe, en plus d'une bonne dose d'estime de soi.